Toutes mes excuses à nos lecteurs matinaux qui ont lu mon post bourré d'erreurs. Je me suis emberlificotée les pinceaux entre ces trois Breda.

Emma parle donc d'Emma Bovary, Délivre-nous du mal parle de nos églises désertes et Purgatoire évoque toutes nos obsessions philosophiques de la naissance à la mort.

Mille excuses !

Mais surtout courrez voir les trois !

Coline